Sables-d'Olonne : le croupier d’un casino trichait à la roulette anglaise

Posté le 17 juillet par Julien dans Actualité

Certains professionnels des jeux de casino peuvent eux aussi être touchés par une ou plusieurs formes d’addiction. Cela est par exemple le cas d’un croupier officiant dans un casino des Sables-d’Olonne. En effet, pour ce dernier, organiser des escroqueries était devenu une passion, une obsession. Avec plusieurs joueurs présumés complices, il a tenté de toucher le jackpot à plusieurs reprises. Parmi ses jeux de casino préférés pour tricher : la roulette anglaise.

Il utilisait la technique de la « poussette » aux jeux de roulette

Il avait imaginé que tout serait un long fleuve tranquille. Un employé de casino dans les Sables-d’Olonne, en Vendée, a trompé la confiance de sa hiérarchie en escroquant cette dernière. Mais le 19 juin dernier, interpelé par les enquêteurs du Service Central des Courses et Jeux (SCCJ), le croupier de métier fut piégé à son propre jeu. En effet, les enquêteurs envoyés par une antenne de la Police Judiciaire située à Angers ont arrêtés l’individu ainsi que huit clients réguliers du casino Les Pins, lieu de tous les délits. Tous sont soupçonnés d’avoir pris part à la combine.

Le chef des opérations, qui ne serait autre que le croupier du casino Les Pins, avait un jeu de prédilection : la roulette anglaise. En effet, l’employé utilisait la technique de la « poussette » pour décupler les chances de gains des joueurs complices. Concrètement, le croupier dissimulait des jetons dans la paume de sa main en toute discrétion avant de les replacer plus tard sur le tapis. Et pour détourner l’attention des clients les plus curieux, l’intervention des joueurs complices était bien souvent plus que nécessaire.

Une escroquerie aussi valable sur les tables de poker

La bande trichait aussi régulièrement au poker. La méthode utilisée était un brin différente qu’à la roulette : le croupier pliait du bout des doigts certaines cartes spécifiques, une indication qui permettait à ses amis d’élever la mise, ou de se coucher. Ce langage crypté, les enquêteurs sont parvenus à en déceler les secrets en exploitant les caméras de vidéo-surveillance du casino.

Entre le 15 mars et le 1er avril 2019, l’escroquerie — qui battait alors son plein —, a permis à la petite équipe de détourner pas moins de 65 000 €. Le problème, c’est que la bande avait du mal à contenir son excitation. Pour preuve : durant le seul mois d’avril, une vingtaine de faits similaires ont été enregistrés, chose qui a éveillé les soupçons de la police. Placé en garde à vue, le croupier du casino Les Pins n’a pu utiliser aucune triche pour se tirer d’affaire. Lui et trois de ses complices ont été mis en examen par un juge d’instruction des Sables-d’Olonne. Les dirigeants du casino comptent d’ailleurs se constituer partie civile lors de leur procès.