Casino de Vic-sur-Cère : «la roulette anglaise électronique ne suffit pas»

Publié le 29/01/2020

A Vic-sur-Cère, commune du Cantal, un nouveau casino est en construction au bord de la RN 122, en direction d'Aurillac, afin de remplacer le précédent. Situé dans une zone d'activité commerciale, le nouvel établissement sera plus moderne et lumineux, mais aussi et surtout, il proposera une toute nouvelle gamme de jeux de casino remise au goût du jour, car comme l'explique son directeur : «La roulette anglaise électronique ne suffit pas à attirer la clientèle».

Casino de Vic-sur-Cère : un chantier qui coûte 3 millions d'euros

Malgré un léger redémarrage de l'activité en 2015, cela fait des années que le casino de Vic-sur-Cère voit ses recettes chuter drastiquement. Pour le directeur de l'établissement, Antoine Arevian, également PDG du groupe familial Arev Finance, les dispositifs qui sont entrés en vigueur au cours de la dernière décennie -contrôles d'identité à l'entrée des casinos, légalisation des jeux d'argent en ligne, interdiction de fumer, etc. - ont eu raison du casino de Vic-sur-Cère.

Propriété du groupe, ledit casino propose quarante-cinq machines à sous et même des terminaux électroniques adaptés à ceux et celles qui préfèrent les jeux de table. Toutefois, selon Antoine Arevian : «La roulette anglaise électronique ne suffit pas à attirer la clientèle, ni le blackjack d'ailleurs». Et le patron d'Arev Finance de continuer : « A Vic-sur-Cère, nous avons également réalisé des investissements réguliers pour rénover le parc de machines à sous. Mais c'est insuffisant pour réussir à re-développer une clientèle. En fait, notre limite, c'est le territoire. Alors que dans certains établissements proches, nous sommes revenus à des niveaux satisfaisants, ici, le volume d'affaires a baissé de moitié... », se plaint-il, le ton amer.

Inverser la tendance grâce à un casino plus ludique

Tandis qu'en 2019 le Produit Brut des Jeux du casino de Vic-sur-Cère n'était plus que d'1,7 million d'euros contre 3,5 millions d'euros lors de ses meilleures années d'exercice, la direction de l'établissement avait songé à déménager voire à tout arrêter. Mais Antoine Arevian et son entourage se sont ravisés : pour inverser la tendance, attirer une clientèle digne de ce nom et enfin pérenniser l'établissement, un nouveau casino plus ludique sera mis au point, dont l'ouverture est prévue pour octobre 2020.

«Nous avons besoin d'un environnement adapté, plus ouvert. Ce qui est important aussi, c'est la transparence entre les espaces jeu et hors jeu. Notre clientèle veut qu'on renouvelle régulièrement les machines à sous ainsi que l'environnement de jeu. De nos jours, la manière d'agencer les établissements de jeu a évolué. Auparavant, on avait des activités d'animation, de restauration et de jeu délimitées les unes par rapport aux autres. Aujourd'hui, on doit proposer des lieux de vie, et surtout décloisonner les casinos et leur partie jeu», confie Antoine Arevian.