Triche à un casino de Londres : le grand perdant, c'est Phil Ivey

Publié le 02/11/2017

La star de poker américaine Phil Ivey a perdu la partie pour de bon. Mercredi dernier, la Cour Suprême de Londres a donné tort au joueur récemment intronisé au Poker Hall of Fame, ce dernier ayant été accusé de triche par le casino Genting's Crockford de Londres. Phil Ivey ne verra jamais les 8,64 millions d'euros de gains qu'il avait remporté dans des conditions, il faut le dire, assez floues. Une décision qui fait suite à celle du Borgata d'Atlantic City.

Cinq ans après les faits, échec et mat pour Phil Ivey

En août 2012, Phil Ivey avait raflé 8,64 millions d'euros de gains au casino londonien Genting's Crockford en disputant plusieurs parties au Punto Banco, une déclinaison réputée du Baccarat. Situé dans le luxueux quartier de Mayfair, l'établissement a toujours refusé de payer les gains du joueur, prétextant que ce dernier aurait eu recours à la triche. Effectivement, le cercle de jeux très huppé a accusé le joueur nord-étasunien d'avoir abusé d'une méthode jugée illégitime baptisée «edge-sorting». Cette dernière consiste à tirer profit de défauts d'impression à peine visibles au dos des cartes pour lire le jeu de l'adversaire.

Chose étonnante : Phil Ivey lui-même avoue avoir eu recours à cette technique. Mais d'après lui, il n'y aurait rien d'illégal dans le fait de chercher à exploiter les failles du casino, cela faisant partie de son métier. Si la Haute Cour avait estimé que Phil Ivey avait triché lors d'une première audience, ce dernier avait ensuite gagné en appel. Suite à plusieurs années de pourparlers, c'était donc à la Cour Suprême de donner son verdict final. Mauvaise nouvelle pour Phil Ivey : il ne verra jamais ses gains londoniens...

«Une décision qui fera jurisprudence»

D'après la Cour Suprême, le hasard est l'élément principal du Punto Banco en tant que jeu. Etant donné que les cartes sont distribuées par le casino de façon purement aléatoire et non reconnaissable, les juges sont déclaré que le joueur avait fait preuve d'une intelligence et d'une habilité remarquables. Cependant, à leurs yeux, il a bel et bien triché.

«Cette décision fera jurisprudence. C'est une bonne nouvelle pour l'industrie du jeu car elle aura des conséquences évidentes », a déclaré le PDG du casino Genting's Crockford, Paul Willcock. Quant à Phil Ivey, il a réagi à cette remarque en commentant ce qui suit : «En ma qualité de joueur professionnel, tout ce que j'ai pour moi, c'est mon intégrité. Si j'ai entrepris cette action en justice c'est pour me faire le porte-parole de l'honneur et de cette façon de jouer qui est la mienne mais aussi celle de mes collègues ». Pour terminer, Phil Ivey a déclaré que la décision de la Cour Suprême était illogique en ajoutant que les juges n'ont aucune expérience concrète des casinos.