La Jamaïque veut légaliser les jeux d'argent en ligne

Publié le 22/06/2017

La Jamaïque est en train de préparer une prochaine régulation des jeux en ligne. Le ministre des finances Audley Shaw a annoncé récemment que la Betting Gaming and Lotteries Commission (BGLC) était de préparer tous les détails de cette future législation et que cela allait se faire relativement rapidement.

Le gouvernement jamaïcain pressé de légaliser

Le gouvernement jamaïcain refuse de ne pas prendre part à l'activité des jeux d'argent en ligne. Le marché pourrait être prêt dès cette année en raison de l'impatience du gouvernement. Il y a 3 ans, les régulateurs ont autorisé les loteries locales, les paris sportifs et les courses de chevaux. Considérant le succès de ces ajouts, il est maintenant temps d'étendre cette liste à d'autres formes de jeux d'argent en ligne.

Dans le cadre de cette légalisation, une fusion va être opérée entre les corps de contrôle dans le domaine †la BGLC et les régulateurs de courses et de casino †afin qu'un seul organisme ne soit le régulateur officiel. Celui-ci devrait s'appeler la Jamaica Gaming Commission et devrait être effective dès la fin d'année.

D'après Shaw, la Jamaïque a le potentiel d'attirer des capitaux étrangers. Le ministre a déclaré que deux investisseurs majeurs avaient déjà exprimé leur intérêt pour le futur marché. Selon Shaw, les possibilités seront grandes et l'industrie des casinos va bénéficier des futurs changements.

Comme toujours, l'une des raisons de légaliser est de limiter le jeu illégal et de générer des impôts et taxes supplémentaires. La BGLC a signé un accord avec certaines agences gouvernementales pour partager en temps réel toutes les informations financières nécessaires. Afin d'être efficace, un régulateur doit avoir à disposition de nombreux moyens de contrôle et de vérification. Le pays a l'intention de redoubler d'efforts pour légaliser les jeux en ligne et empêcher les opérateurs illégaux de proposer leurs offres aux résidents jamaïcains.

Pour le moment, nous n'avons pas de détails sur les futures conditions d'obtention des licences ou les conditions précises du marché. On imagine mal comment certains jeux comme la roulette en ligne pourraient ne pas être inclus dans les changements.