Tous les yeux restent rivés sur le futur marché japonais des casinos

Publié le 02/03/2017

L'année dernière, nous parlions de l'intérêt que portait la firme Hard Rock International pour le futur marché japonais. Après avoir entendu le Las Vegas Sands parler d'investissements massifs pour pouvoir entrer ce marché, Hard Rock a précisé une nouvelle fois qu'ils étaient prêts à payer le prix fort et que leur dévolu se portait pour le moment sur la ville d'Osaka.

La séduction a commencé

Osaka représente un fort potentiel pour la firme américaine. Comptant près de 2,5 millions de personnes et étant très dynamique, la ville d'Osaka et son agglomération semblent avoir toutes les qualités pour faire un bon pied à terre. Il faut également préciser que Las Vegas Sands †l'un des plus gros opérateurs au monde †semble particulièrement attiré par Tokyo. Se positionner sur une autre ville dynamique apparaît donc comme un bon choix pour Hard Rock International.

L'opérateur asiatique Melco Crown a également confirmé son intérêt pour le Japon. Celui-ci a tenté d'envoyer un message encore plus fort que le Las Vegas Sands. Selon LVS, un minimum de 10$ milliards peut être investi, ce qui ne poserait pas problème pour eux. Melco Crown a quant à lui affirmé être prêt à dépenser autant que nécessaire pour un casino resort au Japon.

Une chose est sure, les places sont chères.

Hard Rock International et Melco Crown se sont rendus récemment au Japon pour une conférence. Les deux firmes veulent séduire le gouvernement et les investisseurs japonais pour se donner les meilleures chances. Une filiale japonaise a été lancée par Hard Rock et le groupe a affirmé vouloir payer entre 40 et 60% du projet, tout en laissant d'autres entreprises †surtout japonaises †investir à ses côtés. Pour que celui soit pérenne, il faut que les investisseurs aient une réelle implication dans le projet et ne soit pas des «investisseurs aveugles», selon l'entreprise.

Il est donc question de passer des partenariats avec des firmes locales, notamment des constructeurs, partenaires financiers ou des propriétaires de terrain. L'idée †en dehors d'amortir certains coûts †est également de s'associer avec des acteurs japonais pour donner du poids à sa candidature.

Pour rappel, le marché japonais génère beaucoup d'attente depuis quelques années. Il a le potentiel de devenir le plus gros marché de casinos au monde, devant Macau et Las Vegas.