Deux mois d’emprisonnement pour avoir volé des jetons au Casino de Monte-Carlo

Posté le 28 novembre par Julien dans Actualité

Le 20 juillet 2016, un joueur italien avait utilisé la technique de l’empalmage pour escroquer le mythique Casino de Monte-Carlo. Assis autour d’une table de jeux de roulette, l’individu avait été démasqué grâce à une caméra de vidéosurveillance. Absent à la barre lors de son procès, le joueur transalpin bien connu des services de police de son pays avait effectivement subtilisé quatorze jetons en moins de quarante minutes. Il vient d’écoper de deux mois d’emprisonnement.

Il vole 1 100 € aux jeux de roulette et est condamné à deux mois de prison

Un joueur transalpin a escroqué le Casino de Monte-Carlo en dérobant quatorze jetons d’une valeur totale de 1 100 € alors qu’il pariait aux jeux de roulette. Repéré par une caméra de vidéosurveillance, le joueur malhonnête était déjà loin lorsque le personnel de l’établissement constata le vol. Mais une petite recherche suffit pour obtenir l’identité du voleur, les clients de l’établissement de la Principauté ayant l’obligation de décliner leurs coordonnées afin d’accéder aux salons de jeux privés de la SBM.

Si le montant du dommage n’est pas des plus énormes (au total, dix jetons de 100 € et quatre jetons de 25 € ont été subtilisés par l’escroc), le joueur indélicat avait quitté le Casino de Monte-Carlo sans exiger son reste. C’est ce qui interpella le personnel du casino. Cité à comparaître devant le Tribunal Correctionnel, le délinquant n’a pas pris la peine de se présenter.

Un personnage malhonnête bien connu des services de police italiens

Sans emploi et même sans domicile apparent, l’escroc en question est un Turinois bien connu des inspecteurs, même s’il aura fallu plus d’un an à ces derniers pour le localiser. Le président du Tribunal Correctionnel, Florestan Bellinzona, tente de dresser le portrait de cet homme décidément bien mystérieux : « Les casiers judiciaires monégasque et français de l’individu sont vierges. Par contre, il a été condamné sept fois en Italie pour chèque sans provision, stupéfiants, recel de vol, escroquerie, et vol. Le tout entre 1984 et 2011 », un bien joli palmarès tout de même !

Quant au premier substitut, Cyrielle Colle, elle parle d’un « personnage résolument malhonnête, déloyal, qui serait domicilié au Piémont ». Le tricheur possède des antécédents judiciaires et a mis au point une technique sophistiquée qui lui a permis de tromper les plus prestigieux casinos européens. « Cela dit, elle ne lui épargnera pas une peine de prison de deux mois fermes », termine-t-elle. À noter qu’en dépit de l’absence de l’accusé, le Tribunal Correctionnel a saisi les recommandations du Ministère Public en le condamnant à deux mois d’emprisonnement sans sursis. Si jamais l’envie vous prenait de voler des jetons dans un casino, réfléchissez-y à deux fois.